Chamina Voyages
BROCHURES | NOUS CONTACTER | NEWSLETTER | ESPACE CLIENT |  MA SÉLECTION (0)
04 66 69 00 44
HOME
RECHERCHE RAPIDE
> Comment bien choisir ses chaussures de randonnée ?

Comment bien choisir ses chaussures de randonnée ?

 
On ne le dira jamais assez, bien choisir ses chaussures de randonnée est indispensable. Mal adaptées, elles peuvent rendre la marche désagréable voire dangereuse, blesser le pied et dégoûter de l’exercice. Avoir de bonnes chaussures est donc primordial, mais c’est souvent un casse-tête pour les choisir... Adepte des balades du dimanche ou des treks en haute-montagne (ou des deux !), vous n’avez pas les mêmes besoins.  Tige haute, tige basse, en cuir ou matière synthétique… Comment faire le bon choix parmi tous les modèles et choisir une chaussure de randonnée adaptée à ses besoins ? Voici tous nos conseils pour trouver chaussure à votre pied.
 

Anatomie d'une chaussure de randonnée

Bien choisir sa chaussure, c’est tout d’abord bien connaitre les éléments qui la compose et leur rôle afin de l’adapter à son niveau et à sa pratique.

Les matériaux

On retrouve deux types de matériaux dans les chaussures, naturels et synthétiques, qui ont chacun leur particularité propre. Le cuir est naturel et imperméable, mais nécessite un bon entretien et n’est pas très respirant. Les tissus synthétiques sont quant à eux respirants mais souvent peu imperméables, sauf pour les membranes type Gore Tex qui sont à la fois respirantes et imperméables, mais plus fragile et pas infaillible. Le choix d’une matière plutôt qu’une autre se fera donc en fonction de vos besoins, du type de météo et de terrain que vous rencontrez le plus souvent. Le cuir pourra très bien convenir au climat froid mais les chaussures synthétiques avec des renforts et pare pierre en cuir ou en matériaux composites seront les plus polyvalentes.

Les semelles

Il existe trois types de semelle, interne, externe et intermédiaire. Ce sont des éléments importants de la chaussure car ce sont elles qui font l’intermédiaire entre le sol et votre pied. 
La semelle externe doit être choisie en fonction du type de terrain sur lequel vous pratiquez habituellement la randonnée : les terrains mous (neige, sable, boue) requièrent une bonne accroche, avec des crampons profonds, alors que les terrains durs (rochers, sentiers) demandent plutôt une bonne adhérence, avec des crampons larges. Cette semelle assure la rigidité de la chaussure, attention donc à ce qu’elle ne soit pas trop souple.
Les semelles intermédiaires et intérieures sont importantes pour l’amorti et pour la respirabilité de la chaussure, mais peuvent être changées si celles d’origine ne sont pas de très bonne qualité, tout du moins pour la semelle intérieure. Attention aux semelles trop épaisses, qui certes auront un bon amorti, mais qui réduisent la précision du toucher au sol.
 

La tige

Tige haute ou tige basse ? C’est LA question que l’on se pose lorsque l’on achète ses chaussures de randonnée. Zoom sur cette composante de la chaussure pour faire enfin le bon choix.
La tige basse : séduisantes par leur légèreté, le point noir des modèles tige basse est bien sûr le manque de maintien au niveau de la cheville. Ces modèles ne sont donc pas recommandés pour les terrains difficiles, mais il existe toutefois plusieurs niveaux de rigidité et de qualité pour ces modèles qui conviendront pour de la petite randonnée sur des sentiers faciles avec peu de dénivelé pour les plus « molles » à de la randonnée plus engagée ou du trail pour les modèles plus techniques.
La tige « mid » : plus légère que la tige haute, meilleur maintien que la tige basse, la tige « mid » est souvent un bon compromis pour des randonnées « tout terrain », sous réserve de ne pas choisir les premiers prix qui comporteront les inconvénients de chaque modèle ! Ce sera la chaussure privilégiée des débutants, peu sportifs.
La tige haute : elle permet un maintien idéal de la cheville, bien calée en cas de mauvais pas. Elle est donc souvent conseillée aux gros randonneurs, ceux qui pratiquent la randonnée de haute montagne, ou qui aiment les chemins difficiles, caillouteux.
 

Définir ses besoins en fonction de son niveau et de ses pratiques

Vient ensuite le moment de définir son niveau et le type de terrain que l’on rencontrera le plus souvent pour ne pas faire d’impairs lors de l’achat de ses chaussures de randonnée.

Niveau facile : 

Pas ou peu de dénivelé, terrain sec, balades courtes… Une paire de chaussures de sport ou de trail fera l’affaire pour les randonnées faciles : légères et souples, leurs semelles a l’avantage d’être plus adaptée à l’ « outdoor » que les baskets classiques mais elles ne conviennent pas à un niveau de marche plus soutenu, sous peine d’être dangereuses pour le randonneur sur des terrains plus accidentés (la cheville n’est pas maintenue et les malléoles ne sont pas protégées des chocs.

Niveau modéré à soutenu et / ou randonneur occasionnel à régulier : 

Selon le niveau du randonneur et le type de terrain, on conseillera une tige « mid » avec une semelle large pour un bon maintien de la cheville, un pas stabilisé et une bonne accroche qui rassureront les randonneurs occasionnels et les protégeront des faux pas, ou bien une chaussure de randonnée tige basse de bonne qualité avec une semelle ferme et adhérente (de type Vibram) pour les terrains plus faciles, ou pour les randonneurs plus expérimentés au pas assuré recherchant légèreté et maniabilité.

Niveau très soutenu, terrain difficile ou grande itinérance : 

Dirigez-vous vers les chaussures de trek à tige haute, en cuir pour une meilleure résistance et renforcées pour mieux protéger le pied des aléas du terrain. De très bonne qualité, ces modèles sont faits pour durer et sont adaptés au port de sac lourd, aux longues distances et aux conditions météo difficiles. Elles sont néanmoins trop lourdes et pas assez respirantes pour être confortables sur de la petite ou moyenne randonnée. Elles nécessitent d’avoir des genoux robustes et des jambes entrainées et musclées.
 

Trouver la chaussure idéale

Bien choisir sa taille

On conseille généralement de choisir sa chaussure une demie taille au-dessus de sa pointure habituelle, voire une taille pour les tiges hautes. Plusieurs raisons à cela : le gonflement du pied au fur et à mesure de la marche, la chaussette de randonnée plus épaisse qu’une chaussette classique, et un plus grand confort. En effet, un pied compressé entrainera de douloureuses blessures… Attention toutefois à ce qu’elles ne soient pas non plus trop grandes : un pied qui « flotte » sera mal maintenu et glissera dans la chaussure, occasionnant frottements et ampoules.
Astuce : achetez vos chaussures en fin de journée, idéalement après avoir marché, pour une bonne mise en condition ! L’idéal est de les tester avec une paire de chaussettes de randonnée pour prendre en compte leur volume dans la chaussure.

Le test en magasin 

Pour savoir si les chaussures sont à la bonne taille, enfilez et lacez vos chaussures, mettez-vous debout, le pied doit avoir un peu d’espace mais pas trop et les orteils ne doivent surtout pas être comprimés.
Accordez une attention toute particulière au confort : il est primordial. S’il existe plusieurs types de chaussures de rando, il y a également plusieurs formes de pieds ! Une chaussure confortable pour un ami ne le sera pas forcément pour vous.  Certes, une chaussure neuve est toujours rigide, et dans le cas d’une chaussure de randonnée, la rigidité est plutôt une bonne chose et signe d’un bon maintien. Mais une chaussure qui appuie trop fort à un point précis du pied à l’essayage a de fortes chances de continuer à vous blesser par la suite.
Testez le laçage et marchez dans le magasin, idéalement sur une surface dure pour tester l’amorti.
Et bien sûr, après l’achat, portez vos chaussures quelques jours pour les « faire » avant une randonnée longue. 

Randonner responsable

Pour être un randonneur éco-responsable jusqu’au bout des pieds, choisissez le tannage végétal pour le cuir et les teintures naturelles : plus écologiques, ils réduisent également le risque d’allergie. Cuir responsable, semelles en pneus recyclés, tissus incorporant des fibres synthétiques recyclées… les marques innovent et s’engagent de plus en plus pour vous offrir des chaussures de marche respectueuses de l’environnement.

Entretenir ses chaussures

Vous avez trouvé les chaussures parfaites, celles avec lesquelles vous avalez les kilomètres sans une seule ampoule… Vous voulez les garder le plus longtemps possible, et c’est bien normal ! Pour bien entretenir ses chaussures de randonnée, le plus important est de les nettoyer après chaque utilisation. Après la marche, on a plus souvent envie de se détendre que de gratter ses semelles, et à quoi bon nettoyer ses chaussures pour les resalir à la fois suivante ? Malheureusement, la boue et les saletés laissées sur la chaussure sont abrasives et vont la détériorer plus rapidement que prévu. Pour éviter cela, il suffit d’une brosse souple et d’un peu d’eau tiède après chaque randonnée, et le tour est joué. De temps en temps, vous pouvez également appliquer un traitement pour renforcer l’imperméabilité ou nourrir le cuir. Et surtout, ne zappez pas l’étape séchage, indispensable ! Ouvrez vos chaussures en grand, idéalement en enlevant les lacets et enlever la semelle intérieure pour accélérer le séchage. Et surtout, ne faites pas l’erreur de les mettre sur un radiateur ou à côté du feu : c’est le meilleur moyen d’accélérer leur destruction. Température ambiante donc, avec éventuellement une feuille de papier journal à l’intérieur pour accélérer le processus de séchage.

À découvrir sur le même sujet :

Partagez cet article :

ATR
Chamina Voyages est membre fondateur
de l’association Agir pour un tourisme responsable
IPAMAC
Europarc
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus, cliquez ici.