Madère

Carte Madère

Surnommée l’île aux fleurs, Madère jouit d’un climat subtropical et d’une végétation exotique. Les oiseaux du paradis, les vipérines et la laurisylva ponctuent les randonnées. Cet archipel du Portugal, situé dans l’océan Atlantique, est né du volcanisme dont il a gardé le relief escarpé et les roches basaltiques. Les levadas, canaux d’irrigation à flanc de montagne, amènent à la découverte de magnifiques paysages où se mêlent falaises et cascades façonnées par les hommes au fil des siècles en un immense jardin en terrasse. L’océan omniprésent offre ses embruns pour parfaire la sensation de bien-être que l’on ressent en marchant dans ce paradis terrestre. 

Nous sommes tombés sous le charme de Madère en 1995. Depuis, nos concepteurs de séjours ont perdu le compte de leurs voyages de reconnaissance dans ce jardin extraordinaire. Depuis 20 ans, nos guides ont arpenté les levadas et les crêtes avec des milliers de marcheurs et nous sommes de véritables experts.

PAYSAGES   Jardin flottant

Dieu, après avoir banni les hommes de l’Eden, les aurait pris en pitié et aurait créé Madère, où il fit pousser des fleurs et instaura le printemps éternel. Posé au milieu de l’Atlantique, l’archipel est célèbre pour ses hortensias, ses orchidées ou ses fuchsias. Des espèces rares et endémiques, comme la vipérine violette, cohabitent avec celles introduites par les marins, telles les agapanthes qui bordent les chemins. La forêt primaire de lauriers, la plus vaste au monde, est inscrite au patrimoine mondial de l’Humanité. Dans les montagnes, on s’aventure le long des levadas, ingénieux systèmes de canalisations remontant au XVe siècle. Mais pour se baigner, on privilégie les piscines naturelles, formées au creux d’anciennes coulées de lave.

PAPILLES   Nectar des alizés

Dans ce jardin extraordinaire, pas d’inquiétude pour le dessert. Les fruits tropicaux sont préparés en salade, en gelée ou en pudding. La banane cuite accompagne le plat du bord de mer : le sabre noir, un poisson pêché de nuit dans les profondeurs de l’océan. L’autre spécialité, une brochette de boeuf, est parfois grillée sur une branche de laurier. On accompagne ces plats de vin de Madère, dont la fabrication remonte au XVe siècle. Les alizés ramenèrent à leur port de départ des tonneaux embarqués dans des bateaux, magnifiés par ces mois de traversées. De quoi donner des idées pour faire vieillir ce nectar, en l’exposant au soleil ou en le conservant dans des étuves. On peut préférer une poncha bien fraîche, le cocktail local, ou une Coral, une bière brassée à Madère.

HISTOIRE   Escale Atlantique

Lors d’une tempête en 1418, deux navigateurs portugais s’abritent devant l’île de Porto Santo. Ils reviennent le printemps suivant coloniser l’archipel vierge. João Gonçalves Zarco et Tristão Vaz Teixeira, accompagnés de Bartolomeu Perestrelo, dont la fille épousera Christophe Colomb, brûlent la forêt qui recouvre presque tout Madère. Fertilisées par les cendres, ces terres volcaniques deviennent le grenier à blé du Portugal, céréale ensuite supplantée par la canne à sucre puis la vigne. Cette escale sur la route de l’Atlantique suscite les convoitises, un temps sous domination espagnole et anglaise. Au XIXe siècle, son climat doux attire les aristocrates, dont Sissi l’impératrice. Le tourisme constitue aujourd’hui l’une des principales ressources de cette région portugaise autonome.

> Découvrir tous nos séjours de randonnées à Madère

Madère le long des levadas

Les levadas sont une particularité madérienne. Ces petits canaux récoltent les sources et l’eau de ruissellement des versants nord, à la pluviométrie importante, pour la ramener au travers de tunnels creusés dans la roche sur le versant sud, plus ensoleillé et donc plus propice à l’agriculture. Cet ingénieux système permet d’irriguer les cultures maraîchères, les plantations de canne à sucre et les bananeraies de l’île. 

Les portugais commencèrent à creuser des levadas dès le peuplement de l’île et le réseau actuel d’une longueur de plus de 2 000 km est géré par l’état et les communes. En plus de l’irrigation, les levadas permettent également la production d’électricité d’origine hydraulique. Les petits canaux sont bordés d’un sentier pour leur entretien et la répartition de l’eau, que les randonneurs n’ont plus qu’à suivre pour découvrir les splendides paysages madériens. Une multitude de randonnées de levadas suivent les courbes de niveau et permettent de pénétrer aisément les montagnes les plus escarpées et la laurisylve, constituant ainsi le meilleur moyen de découvrir l’île et son spectaculaire environnement naturel.

Un levada madérien