5 conseils pour se recentrer en marchant, même une heure

Nous ne pouvons plus, temporairement, partir pour de grandes randonnées. Mais, même dans un rayon d’un kilomètre, il est toujours possible de profiter des bienfaits de la marche et du bien-être qu’elle procure. Voici 5 conseils de Mélina et André, accompagnatrice et accompagnateur en montagne, pour retrouver la sérénité, même pour une heure.

Randonneur au bord d'un lac - AdobeStockBalade dans un parc en ville - AdobeStock

1. Être dans le présent

La randonnée permet à l’esprit et au corps d’être ancrés dans le présent. Elle nécessite que le marcheur soit le plus attentif possible au moment. « La vie n’existe que dans le présent, d’instants en instants » commente André. « Porter son attention sur ses pas, sur sa marche et sur l’environnement, permet d’être moins dans le passé ou dans le futur, d’être moins anxieux et d’apaiser l’esprit ».

Pour cela, André nous livre un premier conseil, simple : « pour se déconnecter, il faut déjà couper son téléphone ». Mettre son mobile en veille vous permettra de marcher sans vous soucier des réseaux sociaux et autres messages. « Vous ferez moins de photos, également. On peut photographier avec ses yeux », conclut André.

2. Revenir à nos 5 sens

La randonnée permet de se reconnecter à ses sens et à l’environnement qui vous entoure, même en ville. Le toucher, notamment grâce à vos pieds sur le sol, l’ouïe, l’odorat ou la vue… tous sont sollicités dès que vous marchez.

« Admirer les fleurs, fermer les yeux et se délecter des rayons du soleil, sentir le vent sur sa peau, écouter le chant des oiseaux… », c’est la méthode de Mélina, pour profiter des éléments et se déplacer en toute quiétude. André poursuit et termine : « nous ne sommes pas séparés de la nature, nous en faisons partie ».

chaussures de randonnée en forêt - Adobe Stock

3. Marcher seul.e

Pour certain.e.s, le confinement ne permet plus de profiter d’un moment d’isolement. La marche, régulière et dans les règles du confinement, peut permettre à chacun de se retrouver seul.e. « Ne pas négliger la rencontre avec soi-même », témoigne André. « D’autant que cela arrive rarement dans son quotidien », poursuit Mélina.

« S’offrir un temps pour soi, s’éloigner temporairement de son rythme de vie quotidien, pour revenir à l’essentiel et à la sérénité intérieure », d’après Mélina, c’est ce qu’offre la randonnée. Même si cela ne dure qu’une heure par jour, c’est une opportunité pour s’isoler de son cadre familial et prendre du temps pour soi.

4. « Respirer »

Randonnée et respiration sont indissociables. « Respirer l’air extérieur permet de s’oxygéner en profondeur. La marche permet de stimuler le flux sanguin, de chasser les toxines et les mauvaises pensées » commente Mélina. À la montagne, à la campagne, en bord de mer ou même en ville - où le confinement à un effet sur la pollution - profitez de cette bulle d’une heure pour respirer et prendre l’air.

André apprend régulièrement aux randonneurs qu’il accompagne des techniques de marche particulières, « notamment ce que l’on appelle la marche afghane ou des exercices de bouddhisme à associer à ses mouvements : trois pas en expirant, trois pas en inspirant … Chacun doit trouver ensuite sa cadence ».

5. Se balader régulièrement

« La marche et l’exercice répété sont propices au lâcher-prise, au mieux-être » confirme André. En effet, si le temps de marche et la distance sont très limités par le confinement, cela n’empêche en revanche pas la pratique régulière de courtes sorties. « Cela vaut le coup de se créer très régulièrement une parenthèse, pour laisser son esprit se calmer au fil de la marche » ajoute André.

Ne vous privez pas de ces évasions quotidiennes pour aérer votre esprit et retrouver temporairement tous les bienfaits que peut apporter la randonnée pédestre. Cette pratique régulière est également un excellent exercice de préparation, pour vos futurs séjours de marche !

Se préparer physiquement pour la randonnée pendant le confinement